« Urgence de vivre » (Méditation d’Exode 12.1-11)

Exode 12.1-11

1 Le SEIGNEUR dit à Moïse et à Aaron dans le pays d’Egypte : 2 « Ce mois sera pour vous le premier des mois, c’est lui que vous mettrez au commencement de l’année. 3 Parlez ainsi à toute la communauté d’Israël :

Le dix de ce mois, que l’on prenne une bête par famille, une bête par maison. 4 Si la maison est trop peu nombreuse pour une bête, on la prendra avec le voisin le plus proche de la maison, selon le nombre des personnes. Vous choisirez la bête d’après ce que chacun peut manger. 5 Vous aurez une bête sans défaut, mâle, âgée d’un an. Vous la prendrez parmi les agneaux ou les chevreaux. 6 Vous la garderez jusqu’au quatorzième jour de ce mois.

Toute l’assemblée de la communauté d’Israël l’égorgera au crépuscule. 7 On prendra du sang ; on en mettra sur les deux montants et sur le linteau des maisons où on la mangera.

8 On mangera la chair cette nuit-là. On la mangera rôtie au feu, avec des pains sans levain et des herbes amères. 9 N’en mangez rien cru ou cuit à l’eau, mais seulement rôti au feu, avec la tête, les pattes et les abats. 10 Vous n’en aurez rien laissé le matin ; ce qui resterait le matin, brûlez-le. 11 Mangez-la ainsi : la ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main. Vous la mangerez à la hâte.C’est la Pâque du SEIGNEUR.


 

Vous attendiez peut-être un mot d’explication à propos de la tuerie des premiers nés d’Egypte en cette nuit de Pâque… Mais j’ai choisi de m’en tenir à ce qui me paraissait accessible plutôt que de me hasarder à expliquer l’incompréhensible. Après tout, quand nous serons au ciel, il faudra bien quelque sujet de discussion pour occuper l’éternité, Exode 12.12, 29 entre-autres… Je choisis donc le repas de la Pâque plutôt que l’extermination des bébés égyptiens.

Un repas, c’est à la fois la chose la plus commune et la plus exceptionnelle qui soit. On mange comme on respire, mais dès qu’il se produit quelque chose d’important sur cette terre, on dresse une table. Quelles que soient les croyances, les appartenances culturelles ou sociales, on ne scelle rien ici-bas sans manger. Moïse et le peuple d’Israël ont résisté à Pharaon. Neuf catastrophes ont frappé l’Egypte en réponse au durcissement politique de son chef.  Une dixième plaie va s’abattre, une dernière pour la route… L’heure approche. Ce qui arrive n’arrivera qu’une fois. Le récit fait monter une tension liée à l’imminence du départ. L’unique prescription pour se préparer à cet événement majeur, c’est de s’assoir et manger. Tel le sabbat fait pour l’homme  (Marc 2.27), la Pâque est pour l’homme et non l’homme pour la Pâque. Les vieilles logiques sacrificielles sont renversées. Dieu ne demande pas de sacrifice, il invite l’homme à se rendre présent à ce qui est en train de se passer. Si le sacrifice maintient la distance entre la terre et le ciel (tout en prétendant la réduire), le repas rapproche et fédère les hommes autour d’une présence, il porte une espérance : l’accès à la liberté ! Le premier jour du reste de notre vie (12.1) Un repas pour dire « oui » au salut

Un repas pour dire « oui » à son prochain

La Pâque d’Exode 12, c’est aussi l’occasion d’un vaste partage fraternel. L’hospitalité n’est pas naturelle au cœur de l’homme. Même au sein de l’Eglise, l’hospitalité chrétienne aura tendance à se décliner sur le mode de l’affinité ou du lien familial. Ici c’est une autre nécessité qui rapproche.

L’agneau sacrifié pour le jour de la Pâque est un agneau partagé avec les familles pauvres afin que chacun ait suffisamment (12 :4). En accompagnement, il y a du pain sans levain et des herbes amères ; un menu simple, mais gourmand, équilibré et complet. Le pain sans levain exprime la condition d’esclave comme l’urgence de partir (pas le temps de laisser lever la pâte) ; la salade (frisée ?) évoque l’amertume de la condition humaine ; l’agneau rôti, l’abondance et la fête communautaire à l’annonce de la venue du Seigneur ; l’agneau rôti, c’est la force que nous prenons ensemble avant de nous jeter dans l’aventure croyante.

Un dernier repas et puis s’en vont… (Marc 14.12-41)

Quand Jésus réunit ses disciples pour leur communiquer l’essentiel de son Evangile, il les invite à manger. Ils prennent ensemble de la hauteur (chambre haute) pour un intense moment de communion et d’humanité. On s’assoit les uns à côté des autres pour parler de la vie et de la mort. Dans sa présence, il devient possible d’évoquer des injustices subies, nos espoirs déçus, nos pauvretés, nos peurs, nos esclavages… Puis, nous nous éveillons les uns avec les autres à l’appel d’un nouveau départ, urgent, fondateur.

Je reconnais que l’urgence n’est pas la plus simple des dimensions de foi que nous ayons à retrouver. Nous sommes des installés pas des partants. Qu’importe ! Le Christ, par cette Pâque nouvelle, nous appelle à (re)conquérir, ceinture aux reins, sandales aux pieds et bâton à la main, d’immenses espaces de liberté intérieure, communautaire et sociale. Il y a urgence de vivre !

 

Print Friendly, PDF & Email

A propos Pierre Lacoste

Pasteur de l’Eglise Protestante Française de Beyrouth depuis juillet 2013

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*