Rencontre avec Georges Khodr

" Le seul décompte digne d'intérêt est celui de l'amour, cette nourriture des cœurs qui, seule, doit rester démesurée " (Georges Khodr)

 » Le seul décompte digne d’intérêt est celui de l’amour, cette nourriture des cœurs qui, seule, doit rester démesurée  » (G. Khodr)

Les circonstances de ma rencontre avec le Métropolite, Monseigneur Georges Khodr théologien grec-orthodoxe incontournable figure historique du dialogue islamo-chrétien au Liban sont singulières (site officiel de Georges Khodr). C’est avec beaucoup d’émotion que j’y reviens aujourd’hui.

Trois mois auparavant, nous nous trouvons à la retraite des Compagnons de la communauté des sœurs de Pomeyrol.  Nous apportons le dernier mot à une présentation des deux années de notre ministère au Liban quand arrive le temps des questions. Un vieil ami de la communauté lève le doigt. De confession orthodoxe, il m’interroge : « Connaissez-vous Monseigneur Georges Khodr ? ». N’ayant pas même entendu prononcé son nom, je réponds par la négative. Ma réponse semble profondément décevoir mon interlocuteur. Je l’entends bougonner : « Il vit au Liban depuis deux ans et il ne connaît pas Georges Khodr ! » Après avoir répondu à deux autres questions, il demande à nouveau la parole : « Connaissez-vous Georges Khodr ? » Je comprends que notre ami est affecté d’un problème d’accès à la mémoire immédiate. Mon père ayant souffert de la même pathologie, je sais qu’il est important de répéter sans se lasser comme si c’était la première fois. La scène se répète quatre fois. La rencontre s’achève, plusieurs personnes nous entourent pour prolonger en aparté. Notre ami attend son tour. Il me prend gentiment par le bras et sur le ton de la confidence me souffle à l’oreille : « Cher ami, je n’ai pas voulu vous le demander en public, mais… connaissez-vous Georges Khodr ? » Je lui réponds que je n’en n’ai pas encore eu l’occasion mais lui fais la promesse de combler au plus vite cette lacune.

 

Immense honneur d'être reçu par le très vénérable Métropolite Georges Khodr

Immense honneur d’être reçu par le très vénérable Métropolite Georges Khodr

Inscris en classe de Master « Relations islamo-chrétiennes » à  l’Université jésuite Saint-Joseph, je participe à un cours intitulé: « Figures de dialogue ». Au programme : Monseigneur Georges Khodr ! Mon statut d’ecclésiastique libanais me permet d’obtenir sans peine un rendez-vous avec l’évêque. Malgré son très grand âge, 93 ans, et son immense notoriété, il me reçoit avec joie et simplicité. Un prêtre m’accompagne et prend place à ses côtés pour répéter mes questions. Il n’entend plus très bien. Nous échangeons autour de l’islam. G.K. a consacré sa vie au dialogue islamo-chrétien. Il maîtrise l’arabe classique et sa connaissance du Coran lui vaut le respect des plus grands imams du Proche-Orient. Il commente longuement l’appel à la prière, l’adhan, le fameux allahou akbar. Il m’explique que la forme comparative Dieu est (le) plus grand (akbar au lieu du simple kebir, grand), s’explique par le contexte historique dans lequel le prophète a imposé le monothéisme dans la péninsule arabique. La ka’ba, lieu de pèlerinage mecquois des tribus arabes polythéistes de la période préislamique, se présente comme un temple cubique dont la construction serait l’oeuvre d’Ibrahim (Abraham). La ka’ba abritait un panthéon de divinités (dont une icône de Marie que le prophète Muhammad refusera de détruire). Allah figure au nombre des divinités de la ka’ba. Il sera choisi par le prophète pour représenter sa foi monothéiste, comme le plus grand parmi tous les autres. Allahou akbar, signifie donc que Dieu est le plus grand dans le contexte de cette arabité préislamique, chemin cultuel encombré s’il en est, par lequel le prophète retrouve le Dieu unique des juifs et des chrétiens (« L’islam vu par un évêque orthodoxe » – mai 2008). Pour l’évêque orthodoxe, le christianisme offre un autre instrument de mesure de la grandeur divine  : « Le seul décompte digne d’intérêt est celui de l’amour, cette nourriture des cœurs qui, seule, doit rester démesurée. »

Après cette leçon d’islamologie, je m’apprête à me retirer. Le Métropolite me demande alors : « Vous habitez au Liban ou vous n’êtes que de passage ? », question à laquelle j’avais déjà répondu trois fois au cours de notre entretien… Sur la route de montagne qui me ramène chez moi, je surplombe le littoral et la ville de Beyrouth et repense à mon ami compagnon de la communauté de Pomeyrol. Il a eu bien raison d’insister ! Mais le Seigneur sait qu’avant de me mettre en marche j’ai besoin de répétition.

Print Friendly, PDF & Email

A propos Pierre Lacoste

Pasteur de l'Eglise Protestante Française de Beyrouth depuis juillet 2013
Pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Superbe ! Belle écoute des synchronicités de la vie et prenant témoignage ! je répète : superbe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*