« Le Dieu de toutes les calamités » (Méditation de 1 Samuel 4,5 et 6)

41 Israël partit en guerre contre les Philistins… Il campa près d’Evèn-Ezèr, et les Philistins à Afeq. 2Les Philistins prirent position devant Israël, le combat prit de l’ampleur, et Israël fut battu par les Philistins : sur le front, en rase campagne, ils frappèrent environ quatre mille hommes. 3Le peuple rentra au camp et les anciens d’Israël dirent : « Pourquoi le SEIGNEUR nous a-t-il fait battre aujourd’hui par les Philistins ? Allons chercher à Silo l’arche de l’alliance du SEIGNEUR : qu’elle vienne au milieu de nous et qu’elle nous sauve de la main de nos ennemis ! » 4Le peuple envoya des gens à Silo. Ils en rapportèrent l’arche de l’alliance du SEIGNEUR, le tout-puissant, siégeant sur les chérubins […]

5 Or, dès que l’arche de l’alliance du SEIGNEUR arriva au camp, tous les Israélites firent une bruyante ovation, et la terre trembla. 6Les Philistins entendirent la clameur de l’ovation et ils dirent: «Que signifie cette bruyante clameur d’ovation dans le camp des Hébreux?» Ils comprirent que l’arche du SEIGNEUR était arrivée au camp. 7Les Philistins eurent peur «car, disaient-ils, un dieu est arrivé au camp». Et ils dirent: «Malheur à nous! Car il n’en était pas ainsi ces derniers temps. 8Malheur à nous! Qui nous délivrera de la main de ce puissant dieu? C’est le dieu qui a porté aux Égyptiens toutes sortes de coups dans le désert. 9Courage ! Soyez des hommes, Philistins, de peur d’être à votre tour asservis aux Hébreux comme eux-mêmes ont été vos esclaves. Soyez des hommes et combattez!» 10Les Philistins engagèrent le combat. Israël fut battu, et chacun s’enfuit à ses tentes.

422« La gloire est bannie, parce que l’arche de Dieu a été prise » (pleure la femme du fils d’Elie à l’annonce de la mort de son mari et de son beau-père)

5Les Philistins avaient donc pris l’arche de Dieu. Ils la transportèrent d’Evèn-Ezèr à Ashdod…


L’ensemble des chapitres 4 à 7 racontent les misères des Philistins qui ont eu la mauvaise idée d’inviter l’Arche de l’Alliance chez eux suite à leur victoire sur l’armée d’Israël. Mal leur en a pris ! Le premier à faire les frais de cette cohabitation, c’est le dieu Dâgon. L’arche de l’alliance, mauvaise coucheuse, lui fait perdre la tête au bout de deux nuits agitées (5.1-5)! Ce n’est que le début d’une série d’événements plus hilarants les uns que les autres. On se débarrasse en toute hâte de l’arche comme d’une patate chaude ! Ceux qui la reçoivent sont immédiatement « frappés à leur fondement » (voir note de la TOB 5.6).  Au-delà du burlesque de la situation, quel message d’alerte nous adresse ce récit ? Le Dieu de l’alliance peut se transformer en « Dieu de toutes les calamités », d’accord. Mais pour les Philistins seulement ?

Rira bien qui rira le dernier…

Le récit provoque le rire et les Philistins en font les frais ! S’attachant les services de l’arche de l’alliance, ces pauvres païens s’imaginent posséder force et protection ; les voilà au supplice. Après sept mois de galère, monte enfin de leur camp une prière d’une rare lucidité : « Que Dieu rentre chez lui, nous n’en voulons plus, nous voulons vivre ! » (5.11).

La suite du récit montrera que l’arche ne va pas rentrer directement à Silo, son lieu d’origine, mais suivre un chemin pour le moins chaotique. Les Philistins ont peur. Ils organisent le rapatriement de l’objet, se perdant en mille précautions inutiles.

Bref, l’arche tirée par deux vaches (!) s’échoue à Beth-Shémesh. En « terre sainte », on pourrait s’attendre à un happy end : le peuple élu enfin rassemblé autour de son Dieu. C’est le contraire qui se produit. A Even-Ezer, on avait instrumentalisé l’arche de l’alliance comme un vulgaire engin de guerre (4.3) ; à Beth-Shémesh, on la traite avec légèreté (6.19).  Israël ne vaut pas mieux que les Philistins. Et Dieu frappe Beth-Shémesh comme il a frappé Ashdod, Gath, Eqron. Et le théâtre Guignol continue : voilà que les habitants de Beth-Shémesh, à l’instar de leurs prédécesseurs Philistins, cherchent à se débarrasser du cadeau empoisonné ; on envoie l’arche du côté de Qiryath-Yearim où elle plongera dans l’oubli (7.2).

Israélites, Philistins, personne ne semble connaître Dieu dans ce récit. Cette histoire raconte le grand malentendu entre Dieu et les hommes. « Qui pourra tenir en présence du Seigneur ? » (6.20)

Dieu n’est pas un « plus » !

Bien sûr, nous, nous savons ! Nous n’avons plus d’Arche mais nous avons l’Evangile, le Saint-Esprit et 2000 ans de théologie ! Est-il pourtant si sûr que notre vision de Dieu soit aussi instruite, aussi épurée qu’elle le prétend ?

A chaque fois que je considère Dieu comme un « plus » dans ma vie, comme un appui à mes projets, comme une puissance de réussite, une garantie de bonne santé, un talisman protecteur – le tout maquillé de patine évangélique – je professe mon paganisme, je confesse mon idolâtrie et j’atteste de mon infinie solitude.  Dieu n’est pas un « plus ». Il est TOUT, ou il disparaît de ma vie.

Dieu n’est pas pour nous, il est avec nous !

Quand on s’est égaré si loin, quand les désillusions s’ajoutent aux malentendus, le chemin du retour à Dieu peut sembler inconcevable. Il faut du temps pour que les idées fausses perdent de leur vivacité en nous, que les déceptions se décantent. Il faut du temps mais il faut surtout une mort à soi-même. L’arche restera vingt années au silence… (7.2). Jusqu’au jour où Samuel réveillera en son peuple le désir de Dieu : « Dirigez votre cœur vers le Seigneur, ne servez que lui seul ! » (7.3).

Nous sommes ainsi appelés à faire le deuil continuel du « dieu pour nous » et naître chaque matin à la présence de « Dieu avec nous ». Travail iconoclaste indispensable auquel Dieu nous appelle en Jésus-Christ.


 

Print Friendly, PDF & Email

A propos Pierre Lacoste

Pasteur de l'Eglise Protestante Française de Beyrouth depuis juillet 2013
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*