La Cène du Vendredi Saint

Certains s’étonnent qu’un service de Cène soit proposé un Vendredi saint. C’est pourtant dans la bonne tradition réformée de la semaine sainte. Comment expliquer la présence du pain et du vin dans cette célébration ?

Le pain et le vin annoncent symboliquement le message de la croix. Ils ne disent que cela ! Jésus donne sa vie pour le salut du monde ; le pain qu’il rompt représente son corps supplicié qui se donne par amour pour nous sur la croix. Le vin que nous partageons représente le sang qui a coulé sur la croix et par lequel nous entrons dans le mystère du salut.
Le texte de l’institution de la Cène commence chez Luc par ces mots : « Quand l’heure fut venue, Jésus se mit à table avec les apôtres. Il leur dit : Combien j’ai désiré prendre ce repas de la Pâque avec vous avant de souffrir ! »
Le texte de l’institution chez Paul (1 Co 11) commence par ces mots : « Le Seigneur Jésus, la nuit où il fut livré pris du pain et après avoir rendu grâce il le rompit ». La première Cène est donc totalement attachée à la passion du Christ. Paul résumera toute sa prédication dans cette seule phrase : « Je n’ai rien voulu savoir d’autre que Christ et Christ crucifié ! » (1 Co 2.2)

Quand Jésus dit « faites ceci en souvenir de moi », il demande qu’à chaque fois que nous communions, nous nous rappelions qu’il a donné sa vie pour le salut du monde. Prendre la Cène ce soir ensemble, c’est retrouver le parfum de l’origine même de ce moment. Ce corps qui est englouti dans la mort et cette communion du pain partagé annoncent l’espérance de la résurrection. On ne partage que l’espérance !

Print Friendly, PDF & Email

A propos Pierre Lacoste

Pasteur de l'Eglise Protestante Française de Beyrouth depuis juillet 2013
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*