Il y a Quelqu’un là-haut ! (Méditation d’Exode 2)

Exode 2, 1-25 (TOB)

1 Un homme de la maison de Lévi alla prendre pour femme une fille de Lévi. 2Cette femme fut enceinte et mit au monde un fils. Elle vit qu’il était beau et elle le cacha pendant trois mois. 3Ne pouvant pas le cacher plus longtemps, elle prit pour lui une caisse de papyrus, qu’elle enduisit de bitume et de poix ; elle y mit l’enfant et la déposa parmi les joncs, au bord du Nil. 4La sœur de l’enfant se posta à quelque distance, pour savoir ce qui lui arriverait.

5 La fille du pharaon descendit se baigner dans le Nil, tandis que ses servantes se promenaient au bord du Nil. Elle aperçut la caisse au milieu des joncs et envoya une de ses servantes la prendre. 6 Elle l’ouvrit et vit l’enfant : c’était un petit garçon qui pleurait. Elle voulait l’épargner, mais elle dit : C’est un des enfants des Hébreux ! 7 Alors la sœur de l’enfant dit à la fille du pharaon : Veux-tu que j’aille t’appeler une nourrice d’entre les femmes des Hébreux, afin qu’elle allaite cet enfant pour toi ? 8 Va, lui répondit la fille du pharaon. La jeune fille alla donc appeler la mère de l’enfant. 9 La fille du pharaon lui dit : Emporte cet enfant, et allaite-le pour moi ; je te donnerai ton salaire. La femme prit l’enfant et l’allaita.

10 Quand l’enfant eut grandi, elle l’amena à la fille du pharaon, et celle-ci le prit pour fils. Elle l’appela du nom de Moïse (« Tiré »), car, dit-elle, je l’ai retiré de l’eau.

 

11 En ces jours-là, Moïse, devenu grand, se rendit auprès de ses frères et vit leurs corvées. Il vit un Egyptien qui frappait un Hébreu, l’un de ses frères. 12 Il se tourna d’un côté et de l’autre et, voyant qu’il n’y avait personne, il abattit l’Égyptien et le cacha dans le sable. 13 Comme il sortait le jour suivant, il vit deux Hébreux qui se querellaient. Il dit à celui qui avait tort : Pourquoi frappes-tu ton compagnon ? 14 Il répondit : Qui t’a fait chef et juge sur nous ? Vas-tu me tuer comme tu as tué l’Égyptien ? Moïse eut peur ; il se dit : Ainsi la chose se sait ! 15 Quand le pharaon apprit ce qui s’était passé, il chercha à tuer Moïse. Moïse s’enfuit pour échapper au pharaon et il vint s’installer en Madiân. Il s’assit près d’un puits.

16Le prêtre de Madiân avait sept filles. Elles vinrent puiser de l’eau et remplirent les auges pour faire boire le troupeau de leur père. 17 Mais les bergers arrivèrent et les chassèrent. Alors Moïse se leva, les défendit et fit boire leur troupeau. 18 Quand elles furent de retour auprès de Réouel, leur père, il dit : Pourquoi revenez-vous si tôt aujourd’hui ? 19 Elles répondirent : Un Égyptien nous a délivrées de la main des bergers ; il a même puisé de l’eau pour nous et il a fait boire le troupeau. 20 Il dit à ses filles : Où est-il ? Pourquoi donc avez-vous laissé là cet homme ? Appelez-le, qu’il vienne manger ici.

21 Moïse accepta de s’installer chez cet homme, qui lui donna sa fille Séphora. 22 Elle mit au monde un fils, qu’il appela du nom de Guershom (« Immigré ») — car, dit-il, je suis un immigré dans un pays étranger.

23 Longtemps après, le roi d’Egypte mourut ; les Israélites gémissaient et criaient encore dans leur esclavage. Les appels au secours qu’ils lançaient dans leur esclavage montèrent vers Dieu. 24 Dieu entendit leurs soupirs. Dieu se souvint de son alliance avec Abraham, Isaac et Jacob. 25 Dieu regarda les Israélites et il sut…

Un vrai conte de fée…

Un beau mariage bien dans les clous ! Un lévite épouse une lévite (v.1). Pas d’attelage disparate, comme  dirait la Bible (2 Co 6). Ils s’aimèrent et eurent un bel enfant (v.2).

Ce beau début évoque toute l’espérance qui s’attache à la naissance de ce pur produit d’Israël, Moïse, alors que le chapitre précédent vient de raconter le premier semi-génocide Israélite de l’histoire (1.22). Moïse apparaît donc aux yeux du lecteur comme le libérateur attendu. Mais on ne naît pas libérateur, on le devient. Il faudra que Moïse apprenne la vie. La vie des autres comme la sienne…

Un monde à la dérive

L’Egypte du 12e siècle avant JC est une image incroyablement ressemblante de notre monde actuel. On y trouve déjà des gens à la dérive sur des embarcations de fortune, espérant trouver ailleurs un monde meilleur (2.3-4). Les bateaux de Lampedusa sont pleins de ces enfants qui ne connaissent pas la fortune de bébé-Moïse.

La vie des gens, c’est d’abord celle du pays d’accueil. L’Egypte, terre d’asile pour les Hébreux, un pays qui se sent soudain menacé par la présence de l’étranger, du migrant. J’imagine que quelques théoriciens de la migration et autres intellectuels xénophobes véreux, n’auront pas manqué de mettre en garde Pharaon contre le danger du « grand remplacement démographique » : « Méfiez-vous, ils font beaucoup d’enfants et demain à ce rythme-là, ils prendront nos places ! ».

La vie des gens, c’est aussi celle du peuple hébreu. Comme tous les immigrés et maltraités de l’histoire, l’instinct de survie les pousse à se reproduire de manière intensive (1.7). On fait des enfants quand on n’a rien à soi, quand on n’a pas d’avenir et que son espérance de vie est aussi courte qu’un jour de décembre. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, les frères hébreux s’entre-déchirent (v.13). Le mythe du pauvre au grand cœur, partageant son quignon de pain avec son frère de sang ou d’infortune s’effondre une fois de plus. La misère n’engendre pas la solidarité ; ses enfants s’appellent Colère et Violence.

Au lieu d’agir en libérateur, Moïse se comporte en Robin du désert. Il venge sauvagement l’offensé pensant peut-être soulever la révolte de ce peuple dont il se prétend le frère (v.11) et le juge (v.14). Mais la libération et la fraternité empruntent d’autres chemins…

Après avoir été tiré des eaux du Nil (v.10), voilà que Moïse se retire au désert de Madiân. La Bible n’aime pas les contes de fées, elle préfère les histoires vraies. Moïse doit maintenant faire l’apprentissage de la vie ; il doit découvrir l’amour, s’astreindre au travail et s’ouvrir à la rencontre. C’est le temps de la préparation.

Dieu sait… (2.25)

Le dernier mot de ce chapitre 2 me trouble beaucoup. Après avoir évoqué des réalités bien cruelles, l’auteur conclut : « Dieu regarda les Israélites et il sut… ». Dieu sait ! Mais que sait-il au juste ? Ce n’est pas précisé. Dieu entend et connaît la souffrance, il s’en souvient est-il dit (v.24). Mais que cachent ces formules anthropomorphiques ? Dieu n’est ni malentendant, ni oublieux ! Alors ?

Dieu sait… Par ces deux mots, il est affirmé que ce monde n’est pas autant à la dérive qu’il n’y paraît. Il y a du sens. Quelqu’un sait. Il ne s’agit pas encore du Dieu personnel que Moïse découvrira à Horeb au chapitre suivant. « Je SUIS » (3.14), c’est le Dieu qui parle. Elohim (2.25), c’est le Dieu qui SAIT : la Réalité créatrice, intelligente qui oriente l’histoire et la conduit à son terme.

Qu’il y ait beaucoup d’agnostiques autour de moi, cela me navre, mais qu’il y ait dans cette nuit impénétrable Quelqu’un qui sache, cela me remplit de paix et d’espérance. Nous ne sommes pas seuls au cœur des réalités les plus indéchiffrables, Dieu SAIT. C’est drôle, mais ça me fait un bien fou de le savoir !


 

Print Friendly, PDF & Email

A propos Pierre Lacoste

Pasteur de l’Eglise Protestante Française de Beyrouth depuis juillet 2013

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*