L’Eglise Protestante Française de Beyrouth et ses partenaires

L’Eglise protestante française de Beyrouth (EPFB) compte aujourd’hui plusieurs partenaires. A l’occasion de la nomination du pasteur Pierre Lacoste en août 2013, pas moins de cinq institutions du protestantisme se sont associées pour dire leur attachement à l’EPFB et devenir partenaires de ce nouveau départ. Il a été convenu que ces partenaires se retrouveraient une fois l’an à Beyrouth pour faire le point sur l’évolution du projet.

La CEEEFE : Commission des Eglises protestantes d’expression française à l’extérieur http://www.eglises-protestantes-francophones.org/

L’EPBB est membre de la CEEEFE.  Cette association cultuelle, membre de la Fédération protestante de France, constitue une Union d’Eglises de langue française des quatre coins du monde. Elle connaît en son sein une vraie diversité de sensibilité, son seul impératif étant que les pasteurs CEEEFE soient issus d’une Eglise membre de la FPF. Elle tient son Assemblée Générale chaque année, le dernier week-end d’août à Versailles chez les Diaconesses de Reuilly, ce qui permet à toutes les délégations d’Eglises de se rencontrer. Il existe une pastorale « NORD » réunissant les Eglises de Hollande, Angleterre, Allemagne, Suède, Luxembourg, Russie). A quand une pastorale de la Méditerranée ? La CEEEFE assure le suivi pastoral des Eglises membres.

Le Défap : Service protestant de mission : http://www.defap.fr/

défapLe Service protestant de mission est l’une des plus vieilles institutions du protestantisme français. Il envoie à travers le monde une cinquantaine de volontaires engagés dans la mission humanitaire et le service des Eglises. Avec la naissance de ce partenariat, le Défap a offert son expérience missionnaire et ses compétences techniques (accompagnement spirituel,  cadre administratif, comptabilité).

L’APFB : Association Protestante Française de Beyrouth

L’Association Protestante Française de Beyrouth est propriétaire du terrain et des immeubles de l’EPFB. Il faut se reporter ici aux pages d’histoire de notre site pour comprendre les raisons de cette réalité. A l’issue de la première guerre mondiale les biens coloniaux allemands ont été dévolus à la France. C’est ainsi que les protestants français sont arrivés au Liban héritant  en 1920 d’une Eglise et d’un collège de jeunes filles.

L’APFB est initiatrice du nouveau projet. Afin de pérenniser et dynamiser le témoignage protestant français au Liban, l’Eglise ne parvenant pas à prendre en charge son fonctionnement, une opération immobilière s’avérait indispensable : la vente du terrain pour mettre en œuvre un projet entièrement neuf et assurer un avenir à la communauté. Autrement dit : un nouveau pasteur pour accompagner l’Eglise dans son nouveau départ. Le projet est actuellement en cours.

L’ACO : l’Action Chrétienne en Orient : http://www.aco-fr.org/

ACOL’Action Chrétienne en Orient est une œuvre protestante fondée dans les années 1920 par les Eglises protestantes d’Alsace afin de venir en aide aux réfugiés Arméniens disséminés en Syrie et au Liban suite au génocide Turc. Elle a depuis étendu son champ d’action à d’autres projets à caractère humanitaire, notamment en Egypte.  L’ACO encourage l’EPFB à s’insérer dans le tissu protestant libanais contribuant financièrement à son adhésion à la Fédération protestante syro-libanaise (Supreme Council of Syria and Lebanon).

 

 

La Fédération Protestante de France : http://www.protestants.org/

FPFD’un point de vue historique, en 1920, la FPF avait reçu mandat d’implanter le protestantisme français au Liban. Ses présidents successifs ont toujours visité la petite Eglise du Levant.

En amont du nouvel élan pris en août 2013, suite au départ du pasteur Robert Sarkissian, la FPF a dépêché une mission, comme jadis elle avait fait avec mission exploratoire « Eccard-Bianquis-Puech » (1925). Suite à cette réflexion, la FPF a acquis cette certitude : il faut continuer ! Elle s’engage aujourd’hui à encourager et à soutenir le témoignage protestant français au Levant. C’est sous son égide que les partenaires cités s’engagent à porter et soutenir pour les années à venir l’Eglise protestante française de Beyrouth.

La CEEEFE (Commission d’Eglises Évangéliques d’Expression Francophones à l’Etranger)

Un peu d’histoire…

En 1685, à la révocation de l’Edit de Nantes, de nombreux huguenots vont chercher refuge à l’étranger. Expatriés, ils rejoignent alors les églises nationales pour y vivre leur foi. Mais certains créent sur place des églises d’expression française, dont certaines existent encore aujourd’hui.

En 1963, dans le mouvement de la décolonisation, l’Eglise Réformée de France limite ses compétences au seul territoire français. Les anciennes colonies, ainsi que les départements d’outre-mer, sous la compétence de la Commission générale des Eglises réformées de la France d’outre-mer, ainsi que les paroisses françaises à l’étranger sont placées sous la responsabilité de la Fédération protestante de France. Celle-ci crée en 1964 la Commission des Eglises évangéliques d’expression française à l’extérieur : la CEEEFE.

Eglises affiliées à la CEEEFE

28 paroisses de Los Angeles à Beyrouth et de Stockholm à l’Ile de la Réunion

Dom-Tom

  • Guyanne
  • Guadeloupe : Pointe-à-Pitre
  • La Réunion : Saint-Denis
  • Martinique : Fort-de-France
  • Mayotte

Europe

  • Royaume-Uni : Londres, Canterbury
  • Allemagne : Berlin, Bonn
  • Suède : Stockholm
  • Luxembourg : Luxembourg, paroisse francophone
  • Danemark : Copenhague

Amérique

  • Etats-Unis : Los Angeles, New-York (église presbytérienne), New-York (église épiscopale), Washington

Afrique

  • Maroc : Casablanca, Bousnikha, Ifrane, Fes, Marrakech, Rabat, Agadir, Tanger
  • Algérie : Alger
  • Tunisie : Tunis, Sfax
  • Djibouti : Djibouti
  • Egypte : Le Caire

Asie

  • Israël : Jérusalem
  • Liban : Beyrouth

Une communion d’Eglises un peu particulière…

Il est évident que les Eglises membres de la CEEEFE n’entretiennent pas de liens réguliers et leurs pasteurs n’ont pas la possibilité de se retrouver pour former une pastorale. Par ailleurs, compte-tenu de leur histoire, elles représentent une diversité de sensibilités très importante.

Cependant ces 28 Eglises des quatre coins du monde forment une réelle communion. Chaque année, le dernier dimanche du mois d’août, elles se rassemblent chez les diaconesses de Reuilly, autour de leur Président en Assemblée générale.

Jusqu’au mois d’Août dernier, et pendant de nombreuses années, c’est Yves Gounelle qui a assuré une présidence fort appréciée et en particulier par l’Eglise de Beyrouth qu’il visitait régulièrement. Bernard Antérion, nouveau Président, prend aujourd’hui la relève. Nous lui souhaitons bonne route !