« Et si vous aviez 53 minutes devant vous ? »

 

Le sermon du lendemain

Lundi 6  décembre 2015 (2e dimanche de l’AVENT)



« Si vous aviez 53 minutes devant vous ? »

« Mets-toi debout et deviens lumière ! » (Esaïe 60.1)

Lectures :

Le Petit Prince

« Bonjour, dit le petit prince.

– Bonjour, dit le marchand.

C’était un marchand de pilules perfectionnées qui apaisent la soif. On en avale une par semaine et l’on n’éprouve plus le besoin de boire.

– Pourquoi vends-tu ça ? dit le petit prince.

– C’est une grosse économie de temps, dit le marchand. Les experts ont fait des calculs. On épargne cinquante-trois minutes par semaine.

– Et que fait-on des cinquante-trois minutes ?

– On en fait ce que l’on veut…

– Moi, se dit le petit prince, si j’avais cinquante-trois minutes à dépenser, je marcherais tout doucement vers une fontaine… »

(Le Petit Prince, Saint-Saint-Exupéry, chap.23)

Esaïe 60.1-2

 » 1 Mets-toi debout  et deviens lumière! Car elle arrive, ta lumière ! La gloire du SEIGNEUR se lève sur toi.

2 Certes, les ténèbres couvrent la terre et une obscurité épaisse recouvre les peuples ; mais sur toi le SEIGNEUR se lève, sur toi sa gloire apparaît. »

Matthieu 5, 14-15

« 14 C’est vous qui êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. 15 On n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le porte-lampe, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. 16 Que votre lumière brille ainsi devant les gens, afin qu’ils voient vos belles œuvres et glorifient votre Père qui est dans les cieux. »

Harcelé consentant

Je reçois sur mon téléphone à tout instant des push d’information, des tweets, des alertes  m’informant de ce qui se passe dans le monde, des résultats de ma pauvre équipe de foot  (!), jusqu’au drame les plus choquants. Les chaînes d’information en continu déversent désormais leurs minutes au kilomètre. Evidemment si cela « m’arrive », c’est que je le veux bien !

Une bombe explose en Tunisie, des terroristes tirent dans la foule aux US, à Beyrouth ou à Paris et moins de 15 mn plus tard, je suis in-formé. L’information donne immédiatement forme à mon esprit, à ma perception de la réalité, à l’intérieur de cette fenêtre temporelle très étroite qu’est l’instantanéité, l’hyper-immédiateté.

Un temps qui ne passe plus…

L’actu est devenue la forme du savoir, totalitaire dans sa façon d’imposer « le fait » comme indiscutable. « Ça s’est passé ; ça ne se discute pas ; c’est définitif. »

Cette relation à l’information im-médiate (c’est à dire sans la médiation temporelle du passé et de l’avenir), affecte considérablement mon jugement et ma vision du monde. L’info en temps réel m’oblige à réagir, non plus à penser. Elle décide de mes émotions, de mes discussions et, plus grave, de mes décisions.

L’information en temps réel, sous ses allures de neutralité, de factualité, m’enseigne un nouveau rapport au temps, au savoir et donc à la vérité. Un rapport faussé, me semble-t-il, et particulièrement en décalage avec celui que la pensée biblique propose. Pour elle, le factuel n’existe pas. Il s’interpose toujours entre le fait et l’auditeur, un témoin, un point de vue qui prépare l’accès à la vérité.

Le temps biblique

Le temps de l’Avent  interroge  notre rapport au temps et à la vérité.

Le temps biblique, c’est le temps de l’attente. [Faut-il rappeler que nous n’attendons pas Noël, malgré tous ces pères noël grimpants, nous attendons le Seigneur !]

Les écritures nous apprennent que notre temps n’est pas le temps définitif. Nous sommes dans le temps du provisoire ; un temps que le présent ne saurait enfermer.

Notre temps plonge premièrement ses racines dans le passé, dans l’histoire ; il me rappelle que le Seigneur est venu dans notre monde, qu’il s’est invité dans ma vie ; et en même temps, le temps biblique oriente nos regards vers l’avenir, nous annonçant que le Seigneur revient, que nos choix, nos succès ou nos échecs ne relèvent pas du définitif, mais à la fois du provisoire et de l’espérance !

C’est cela l’Avent, un enseignement sur le temps. Ce temps qui est comme un chemin sur lequel nous ne sommes pas seuls. Jésus nous y accompagne et nous y marchons nous-mêmes dans la compagnie des hommes.

La parole du prophète Esaïe que nous venons de lire, peut nous aider à mieux saisir la profondeur de ce temps biblique dans lequel nous sommes appelés à chercher, à trouver et à être trouvés.

« Mets-toi debout et deviens lumière! Car elle arrive, ta lumière ! »

Cette exhortation s’adresse en premier lieu au peuple d’Israël déporté à Babylone. Un peuple dont le retour au pays s’organise dans l’incertitude. Coupé de son passé et inquiet quant à l’avenir, Israël est perdu… peuple sans temple, sans culte, devenu étranger à sa propre terre, peuple paralysé par la peur de l’inconnu. Quelques versets plus haut, le prophète décrit sa situation avec des mots très émouvants :

« Nous espérions la lumière et voici les ténèbres, La clarté, et nous marchons dans l’obscurité. Nous tâtonnons comme des aveugles contre un mur, nous tâtonnons comme des gens sans yeux… » (Es 59.9-10).

Paroles qui nous font ressentir le désespoir d’une condition humaine en proie à la dureté des temps.

Et c’est dans cette proximité des contextes que résonne aujourd’hui encore la parole du prophète :

« Mets-toi debout ! Et deviens lumière ! »

Parole, vous l’entendez, qui se désolidarise de l’actualité, pour se tourner vers un « devenir lumineux » (définition même de l’espérance, non ?)

Ne restons pas enfermés dans les déceptions du passé, les frustrations du présent et les peurs de l’avenir : Tu es connu, tu es aimé de Dieu. Tu es appelé et envoyé !

« Mets-toi debout et deviens lumière ! ».

Je vous invite à faire vôtre cette parole de Dieu, à recevoir la lumière de la foi pour devenir à votre tour lumières du monde.

Nous ne possédons pas la vérité, mais nous pouvons en vivre. La vérité est comme la fontaine du Petit Prince : il faut sans cesse y revenir, en prenant le temps nécessaire, mais jamais elle ne nous appartient . Telle est la présence du Christ, libre et vivante à la fois.

Ce qui nous appartient par contre, c’est le temps de la marche qui nous conduit jusqu’à elle : les 53 minutes du Petit Prince ! Nous sommes invités à entrer, non dans l’instant, mais dans l’aujourd’hui de la présence du Seigneur !

« Mets-toi debout et deviens lumière !

« Vous êtes la lumière du monde ! », dit Jésus. Que votre lumière luise ainsi devant les hommes ! » (Mat 5.14-15).

Recevoir la lumière pour devenir lumière… C’est vivre chaque instant dans la présence du Seigneur et devenir à notre tour présence du Seigneur, témoins de la vie du Christ dans la vie des autres. Accompagnés par la grâce, nous accompagnons dans la grâce ! Nous sommes à la fois riches d’un passé, d’une rencontre avec le Seigneur et tendus vers la promesse du jour qui vient. A la fois dans la reconnaissance et dans l’espérance !

Le présent devient alors le temps du témoignage, temps de l’engagement responsable et intelligent, parce qu’éclairé par la lumière du Christ.

Alors ? Si vous aviez 53 minutes devant vous, que feriez-vous ? Prendriez-vous le risque de vous mettre à briller ? Amen !

Print Friendly, PDF & Email

A propos Pierre Lacoste

Pasteur de l'Eglise Protestante Française de Beyrouth depuis juillet 2013
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*